Centre correctionnel du Centre-Est

Conseil consultatif communautaire - Rapport annuel


Centre correctionnel du Centre-Est

Lindsay (Ontario)

le 31 mars 2015


Aperçu

Le Conseil consultatif communautaire (CCC) du Centre correctionnel du Centre-Est (CCCE) a été mis sur pied en février 2003. Anciennement connu sous le nom de Conseil de surveillance, le CCC du CCCE a été le deuxième CCC mis sur pied en Ontario.

Membres du CCC du CCCE

Présidence : Ed Lafosse, date de nomination 1er mai 2012, fin du mandat 30 avril 2015

Membres du conseil :

Chris Ciceri, date de nomination 1er août 2014, fin du mandat 31 juillet 2016
Jean Jones, date de nomination 2 août 2012, fin du mandat 1er août 2015
Nancy Martin, date de nomination 16 août 2013, fin du mandat 15 août 2016
Sandy McNeil, date de nomination 1er avril 2014, fin du mandat 31 mars 2016

Réunions

Le CCC a tenu neuf réunions pendant cette période de référence. En raison de sièges vacants au sein du conseil, nous avons seulement atteint le quorum pour deux de ces réunions. Les procès-verbaux des réunions ont été transmis au ministre et au conseiller en programmes sur une base régulière. Nous avons reçu deux rapports sur le nombre d'incidents et sur les incidents.

Visites sur les lieux

En raison d'un conseil réduit et de problèmes de santé, le nombre de visites de l'établissement a été réduit à 42 visites au cours de l'année. Le CCC peut examiner les procès-verbaux du comité des relations avec les employés et du comité mixte de la santé et de la sécurité au travail lorsqu'il visite l'établissement. Les cartables sont placés sur une étagère dans le bureau principal de l'administration afin d'en faciliter l'accès.

Nombre de préoccupations adressées directement au ministre

Sept préoccupations et deux messages de félicitations ont été adressés au ministre.

  1. Une demande afin que le mandat du CCC soit revu, ce qui comprend un examen du rapport annuel par le ministre et la formulation de commentaires.
  2. Une réunion demandée avec le CCC du Centre correctionnel du Centre-Nord à Penetanguishene (demande formulée pour la première fois en 2010).
  3. Opposition à la soumission du protocole d'entente proposé et de l'évaluation de la gestion des risques.
  4. La fréquence élevée du confinement aux cellules par rotation.
  5. Le conseil n'a reçu aucune réponse sur la question de savoir qui est responsable des pénalités de construction pour les projets interrompus et retardés.
  6. La présence excessive de produits de contrebande et les voies de fait entre détenus à ce sujet.
  7. La question de savoir s'il vaut la peine de préparer et de soumettre un rapport annuel puisque le ministre ne fournit qu'une rétroaction minime.
  8. En mai 2014, nous avons souhaité la bienvenue à Mme Sandy O'Neil, la cinquième personne nommée au CCC.
  9. Nous avons félicité le chef d'établissement adjoint, programmes, du CCCE pour l'intégration réussie de détenues transgenres dans l'unité pour les femmes.

Observations

Le fonctionnement de l'établissement

Programme de travail à l'extérieur pour les détenus

Le Programme de travail à l'extérieur pour les détenus a été lancé en 2009. Environ 25 détenus participent à ce programme tous les ans. Il y a quatre postes. Les projets portent sur divers aspects de l'entretien de l'établissement ainsi que la collecte et l'enlèvement des ordures. Une détenue a été acceptée au programme et a participé à l'entretien de l'établissement. On étudie présentement d'autres occasions qui permettraient à des détenues de travailler à l'extérieur.

Programme de bénévolat

Le programme de bénévolat est une composante opérationnelle très importante. Le CCCE dispose de bénévoles enthousiastes qui fournissent un excellent soutien aux détenus. Nous souhaitons également souligner le travail des nombreux organismes et étudiants qui fournissent des services à nos détenus. Nous saluons et reconnaissons le travail des plus de 200 bénévoles au cours d'un banquet annuel.

Concours annuel d'art

Le concours annuel d'art pour les détenus qui leur permettait de montrer leurs talents a été abandonné lorsque le coordonnateur bénévole a pris sa retraite. Le concours a connu un grand succès pendant cinq ans. Le nouveau coordonnateur bénévole a considérablement élargi l’offre de programmes dans divers domaines.

Sièges vacants au sein du CCC

Il manque six membres au CCC. Depuis août 2010, il y a sans cesse des sièges vacants au sein du conseil. Les membres du CCC estiment que l'inaction du ministère à cet égard traduit le peu d'importance qu'on accorde à ce conseil.

Impact de l'établissement sur la collectivité

Accès à des professionnels de la santé

Comme c'est le cas dans de nombreuses autres collectivités de l'Ontario, il y a une pénurie de médecins et d'infirmières à Lindsay. L'une des croyances répandues dans la collectivité est que le CCCE vole des médecins, des infirmières praticiennes et des infirmières à la collectivité.

Participation communautaire

Le personnel du CCCE continue d'appuyer la collectivité au moyen d'événements comme le Local Food Drive, Centraide et le Rick Morey Memorial Hockey Tournament, lequel contribue à divers organismes de bienfaisance. La salle de conférence a été mise à disposition des Cadets de l'Armée de la région pour des formations sur le leadership et les premiers soins. Le personnel du CCCE et les Cadets de l'Armée se soutiennent mutuellement en participant à des parades d'inspection et à des formations régionales pour l'unité cérémoniale ainsi qu'à d'autres événements officiels.

Administration de l'établissement

État de l'établissement

Tous les projets de construction, y compris la mise à jour du système d'alerte en cas d'incendie, ont été reportés pour accommoder le transfert de détenus fédéraux du Centre de détention de la communauté urbaine de Toronto-Ouest. Le système de qualité de l'air et de ventilation dans l'ensemble de l'établissement continue d'être une source de préoccupation pour le personnel et les détenus. Les membres du CCC ont constaté que certaines bouches d'aération devenaient bouchées non moins de 24 heures après avoir été remplacées par le personnel de l'entretien. Les préoccupations relatives à la ventilation et à la qualité de l'air ont été soulevées lors des réunions de santé et sécurité. Le CCC a des préoccupations en qui concerne la propreté générale de l'établissement.

Contrebande

La population carcérale change et on constante la présence accrue de bandes et de drogues. La quantité considérable de produits de contrebande continue d'être un problème important. Les détenus du Programme de travail font l’objet d’une pression importante pour faire le trafic de produits de contrebande et subissent de l'intimidation à cet égard. Des fouilles aléatoires et des fouilles avec chiens renifleurs sont effectuées sur une base régulière.

Appareils d'analyse aux rayons X

Le personnel a exprimé des préoccupations quant à des appareils d'analyse aux rayons X qui seraient inefficaces et à la formation insuffisante à cet égard.

Sous-unité 3

La sous-unité 3, section A, est vide. Avec des cellules à occupation double – possiblement en discutant avec le fédéral – des sections supplémentaires pourraient être disponibles pour accueillir des détenus en détention discontinue. Le CCC demande qu'on examine s'il serait possible d'utiliser des sections additionnelles de la sous-unité 3 pour accueillir des détenus en détention discontinue, ce qui pourrait également perturber le trafic et la circulation des produits de contrebande.

Sous-unité 4

Les détenus de la sous-unité 4 ne peuvent pas travailler et n'ont pas de temps de récréation. Nous demandons un examen de cette situation.

Pénurie de personnel

Le personnel a été étiré aux limites, ce qui a compromis la cohérence et des gains d’efficacité importants. La pénurie de gestionnaires pour les quarts de jour a entraîné davantage de périodes de confinement aux cellules. De nouvelles recrues sont entrées en fonction et ont réduit la pression sur le personnel.

Télémédecine

Le processus de télémédecine nécessite plusieurs accompagnateurs pour les rendez-vous médicaux à l'extérieur, ce qui diminue le personnel disponible.

Voies de fait entre contrevenants

Le nombre de voies de fait entre contrevenants a significativement augmenté et un grand nombre de voies de fait sont liées à la contrebande. Le taux élevé de voies de fait entre contrevenants demeure une préoccupation importante.

Recouvrement des coûts

Le CCC demande au ministère de lui indiquer si tous les coûts liés à la prise en charge des détenus fédéraux sont remboursés. Par exemple, les coûts associés au transport des détenus pour des raisons médicales, les audiences avec l'Agence des services frontaliers et les accompagnateurs requis ainsi que tous les autres coûts liés aux détenus fédéraux sont-ils remboursés?

Traitement des détenus

Centre de culte

Le CCC est heureux que l'horaire du centre de culte soit chargé et que les détenus assistent à divers services laïques et à de nombreux événements multiconfessionnels. Par exemple, l'aumônier coordonnateur a reçu des commentaires témoignant du traitement respectueux des détenus qui font le ramadan.

Les membres du CCC encouragent fortement la mise en œuvre du projet de l'aumônier pour la diffusion vidéo au CCCE des funérailles pour les membres de la famille.

Personnes détenues à des fins d'immigration

Les personnes détenues à des fins d'immigration suscitent certaines préoccupations puisqu'elles sont logées ici pour une période indéterminée.

Programmes

Le service de l’éducation offre un programme précieux qui permet aux détenus d'accumuler des crédits en vue de l'obtention de leur diplôme d'études secondaires. De plus, les détenus accumulent des crédits utiles en participant au comité de travail. L’unité a indiqué qu'il est [TRADUCTION] « fantastique de voir la réaction des détenus lorsqu'on leur apprend qu'ils peuvent accumuler des crédits en vue de l’obtention de leur diplôme d'études secondaire. Cela leur donne espoir. »

Le nouveau coordonnateur bénévole a considérablement élargi les programmes pour les détenus et détenues, ce qui comprend des programmes sur les compétences de vie, le rôle parental et les capacités de lecture, d'écriture et en calcul allant de l'école primaire à la 8e année.

L'agent de liaison pour les détenus autochtones fournit des programmes de défense des droits et intérêts ainsi que des programmes spéciaux pour les détenus autochtones et inuits.

Un programme innovateur d'élaboration des politiques, de formation du personnel et de sensibilisation a contribué à l'intégration réussie de détenues transgenres dans l'unité pour les femmes.

Santé mentale

Un certain nombre de détenus au CCCE ont des problèmes de santé mentale. Le CCC a des préoccupations en ce qui concerne le manque d'établissements autres pour les détenus qui ont des besoins spéciaux. On prévoit utiliser une section désignée pour accommoder les détenus qui ont des problèmes de santé mentale et des besoins spéciaux et qui sont présentement logés dans des cellules d'isolement à travers l'établissement. La population carcérale qui souffre d'Alzheimer et de démence nécessite des soins spéciaux. Nous recommandons fortement d'améliorer l'accès à des professionnels de la santé mentale.

Hygiène personnelle

Le coût des coupes de cheveux a généré des problèmes. Les détenus aimeraient avoir accès à des tondeuses à cheveux afin qu'ils puissent se couper les cheveux les uns les autres et économiser de l'argent pour les dépenses plus urgentes.

Pénuries de personnel

Les pénuries de personnel ont des répercussions importantes sur la capacité des travailleurs sociaux et des conseillers en toxicomanie d'accéder aux détenus. Il y a beaucoup de détenus à voir et de nombreuses contraintes de temps.

Confinement aux cellules

Le confinement aux cellules sur une base régulière a une incidence négative sur les contrevenants. De plus, cela entraîne l'annulation des programmes pour les détenus.

Brassins des détenus

Il y a des préoccupations en ce qui concerne la fréquence à laquelle certains détenus préparent des brassins et les conséquences néfastes.

Expression créatrice

Les membres du CCC ont personnellement félicité trois détenues qui ont peint des murailles détaillées dans les salles communes des sous-unités 8 et 9.

Recommandations

Les membres du conseil ont recensé les préoccupations suivantes et les surveilleront de près au cours de la prochaine année :

  1. Recrutement proactif de candidatures pour le conseil au moyen d'un processus de sélection efficace et d’un processus d'approbation plus efficient.
  2. Manque de rétroaction du ministère relativement au rapport annuel du CCC.
  3. Il y a une quantité importante de produits de contrebande et une grande utilisation de ces produits dans l'établissement.
  4. Le nombre de voies de fait entre contrevenants qui sont liées au dépistage de la contrebande dans l'établissement demeure élevé.
  5. Il faut désigner un endroit pour accommoder les détenus qui ont des problèmes de santé mentale et des besoins spéciaux et qui sont présentement logés dans des cellules d'isolement à travers l'établissement.
  6. La population carcérale qui souffre d'Alzheimer et de démence nécessite des soins spéciaux.
  7. Puisqu'il n'a pas été encore possible de recruter un médecin, il faut accompagner les détenus à l'hôpital et aux consultations avec des spécialistes médicaux, ce qui est onéreux.
  8. Le tabagisme sur les lieux demeure un problème.
  9. Les systèmes de qualité de l'air et de ventilation dans l'ensemble de l'établissement continuent d'être une source de préoccupation pour le personnel et les détenus.
  10. La propreté générale de l'établissement demeure une préoccupation.

L’en-tête du ministre de la sécurité communautaire et des services correctionnels

Le 27 octobre 2015

Mme Nancy Martin

Présidente du Conseil consultatif communautaire

Centre correctionnel du Centre-Est

Madame Martin,

Merci d’avoir présenté le rapport annuel 2014 du Conseil consultatif communautaire du Centre correctionnel du Centre-Est (CCCE).

Le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels axe ses efforts sur la transformation du système correctionnel ontarien en vue d’améliorer la sécurité du personnel et des détenus, d’assurer l’efficacité des programmes de réadaptation et de réinsertion et de renforcer les services de santé mentale offerts aux détenus. C’est en réalisant des progrès dans ces trois domaines clés que nous pourrons bâtir des collectivités ontariennes plus sûres et plus fortes. Nous ne pouvons y arriver sans l’engagement de chaque personne comme vous et les autres bénévoles dévoués qui composent nos conseils consultatifs communautaires. Nous avons grandement besoin de votre point de vue local pour tisser des liens plus solides entre nos établissements correctionnels et nos collectivités.  

J’ai lu votre rapport et trouvé vos observations sur le CCCE judicieuses. Vous serez heureuse d’apprendre qu’un nouveau processus de production des rapports annuels, y compris un modèle normalisé, a été mise en œuvre parallèlement à l’élaboration et à la présentation du rapport annuel 2014. Grâce à une méthode normalisée de communication de l’information, le Ministère peut effectuer des examens et prendre des mesures concrètes.

Le sous-ministre Stephen Rhodes répondra en détail à chacune des précieuses recommandations que vous avez formulées. Je tiens à vous remercier sincèrement pour ce rapport, votre travail avec le chef d’établissement et votre rôle dans la collectivité. J’aimerais aussi profiter de cette occasion pour souligner l’excellent travail de l’ancien président du Conseil consultatif communautaire, Ed LaFosse, décédé récemment. Je tiens à vous remercier de l’avoir remplacé après son décès.

Veuillez agréer, Madame Martin, mes sincères salutations,

Le ministre,

Yasir Naqvi


L’en-tête du Bureau du sous-minstre Services correctionnels

Le 27 octobre 2015

Mme Nancy Martin

Présidente du Conseil consultatif communautaire

Centre correctionnel du Centre-Est

Madame Martin,

Merci de nous avoir fait parvenir les rapports annuels 2013-2014 et 2014 du Conseil consultatif communautaire (CCC) du Centre correctionnel du Centre-Est (CCCE). Ceux-ci ont été examinés par le personnel du Ministère, et plusieurs mesures recommandées ont été prises.

Comme l’indiquait dans sa lettre le ministre Yasir Naqvi, le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels axe ses efforts sur la transformation du système correctionnel ontarien en vue d’améliorer la sécurité du personnel et des détenus, d’assurer l’efficacité des programmes de réadaptation et de réinsertion et de renforcer les services de santé mentale offerts aux détenus. C’est en réalisant des progrès dans ces trois domaines clés que nous pourrons bâtir des collectivités ontariennes plus sûres et plus fortes.

J’ai le plaisir de vous présenter nos réponses aux recommandations du rapport annuel ainsi que les mesures qui en découlent.

  1. Recrutement proactif de candidatures pour le conseil au moyen d’un processus de sélection efficace et d’un processus d’approbation plus efficient.

Le Ministère reconnaît l’importance de la participation de la communauté, et des avantages qu’elle présente. Les observations et les recommandations du CCC sont essentielles au ministre et au Ministère, qui met actuellement sur pied des CCC dans les autres établissements correctionnels. D’ici la fin de 2015, sept nouveaux établissements auront un CCC.

Notre objectif est de nommer de nouveaux membres et de pourvoir les postes vacants du CCC dès que possible. Des nouveaux processus concernant la nomination des membres et la reconduction des mandats sont en cours d’élaboration pour que les postes soient pourvus rapidement.

  1. Manque de rétroaction du ministère relativement au rapport annuel du CCC.

Le rapport annuel occupe une place importante, car il permet au Ministère d’obtenir des observations et des recommandations sur la gestion de l’établissement, les répercussions de celui-ci sur la communauté et le traitement des détenus.

Un nouveau processus de production des rapports annuels, y compris un modèle normalisé, a été mis en œuvre parallèlement à l’élaboration et à la présentation du rapport annuel 2014. Grâce à une méthode normalisée de communication de l’information, le Ministère peut effectuer des examens et prendre des mesures concrètes. De plus, le nouveau processus définit des échéanciers et des protocoles de réponse clairs.

Le conseiller, Services professionnels et services communs continuera à fournir des commentaires et des mises à jour supplémentaires lors des téléconférences trimestrielles des présidents des CCC.

  1. Il y a une quantité importante de produits de contrebande et une grande utilisation de ces produits dans l’établissement.

Le Ministère s’est doté de divers mécanismes, politiques et procédures pour détecter l’introduction de produits de contrebande dans les établissements correctionnels de la province. Selon le chef d’établissement du CCCE, la présence de produits de contrebande dans l’établissement s’est stabilisée en raison des fouilles plus fréquentes, de l’amélioration du système de télévision en circuit fermé (qui est passé d’un système analogue à un système numérique), de l’utilisation plus fréquente du scanner corporel permettant la détection des objets logés dans les orifices, des détecteurs et des unités canines, ainsi que du travail du personnel sur place du service de police de Kawartha Lakes. Le processus visant à préserver la continuité de la preuve a été amélioré, et les contrevenants accusés de contrebande font face à des poursuites plus graves. De plus, en avril 2012, une équipe de fouille et un chef des opérations ont été embauchés. Ces employés travaillent en collaboration avec l’agent de renseignements sur le terrain pour s’assurer que les fouilles sont effectuées selon les besoins et que les produits de contrebande sont détectés et confisqués.

Par ailleurs, une vérification de la sécurité électronique a été réalisée au CCCE en juillet 2011 afin de mettre à jour les systèmes vieux de dix ans de l’établissement et de se conformer aux normes actuelles du MSCSC. L’une des priorités était de changer le système de vidéosurveillance de l’établissement pour un nouveau système IP pour que toutes les caméras (plus de 275) puissent enregistrer. La mise en service du nouveau système s’est terminée le 25 avril 2013, et 17 caméras supplémentaires ont été installées pour réduire les angles morts. Le nouveau système de caméra a permis d’améliorer les capacités de surveillance et d’enregistrement et aidera à prévenir les infractions liées à la contrebande. Il appuiera également le Ministère lors des enquêtes et de la mise en accusation des contrevenants en ce qui concerne les inconduites en établissement et les infractions criminelles.

En 2013, le CCCE a fait l’acquisition de huit portiques détecteurs de métaux, qui ont été placés à des endroits stratégiques du centre. Lorsque les contrevenants sortent ou sont escortés de leur unité, ils doivent traverser l’un de ces détecteurs de métaux. De plus, l’appareil radiographique de l’accueil de l’établissement utilisé pour les visiteurs a été remplacé. Des membres du personnel ont reçu une formation sur le nouveau système et ont ensuite formé leurs collègues en avril 2015.

  1. Le nombre de voies de fait entre contrevenants qui sont liées au dépistage de la contrebande dans l’établissement demeure élevé.

Comme je l’ai déjà mentionné, le Ministère s’est doté d’un bon nombre de politiques et de procédures pour faciliter la détection et la confiscation des produits de contrebande et pour prévenir les attaques entre détenus. Il utilise également des systèmes de vidéosurveillance et des caméras de télévision en circuit fermé pour endiguer ces problèmes.

  1. Il faut désigner un endroit pour accommoder les détenus qui ont des problèmes de santé mentale et des besoins spéciaux et qui sont présentement logés dans des cellules d’isolement à travers l’établissement.

Le Ministère s’engage à faire en sorte que les établissements correctionnels répondent aux besoins des détenus qui souffrent de maladie mentale.

Le Ministère a lancé un examen sur le recours à l’isolement dans les établissements provinciaux et sur nos politiques connexes, qui comprendra des consultations auprès du personnel et de différents intervenants. Il portera également sur les pratiques exemplaires à l’extérieur de la province. Le rapport final, qui comprendra des conclusions et des recommandations pour le Ministère, sera présenté en décembre 2015.

Au CCCE, les contrevenants isolés sont évalués quotidiennement par le personnel médical et l’aumônier, et ceux qui ont des besoins particuliers sont évalués par les travailleurs sociaux.

Le service de psychologie évalue tous les contrevenants suicidaires, et un psychiatre contractuel visite l’établissement chaque semaine. De plus, le personnel des opérations évalue régulièrement l’isolement des détenus. Des infirmières participent à ces évaluations et communiquent fréquemment avec les services de psychologie et de travail social.

Le Ministère a préparé de la formation en collaboration avec le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) afin d’aider le personnel à comprendre les troubles de santé mentale que présentent certains détenus et à y régir. Cette formation sera offerte à tous les employés et gestionnaires de première ligne.

La population carcérale qui souffre d’Alzheimer et de démence nécessite des soins spéciaux.

Bien que le chef d’établissement du CCCE affirme que peu de détenus souffrent de ces maladies, il assure qu’il veillera à ce que les besoins de ces détenus soient comblés.

  1. Puisqu’il n’a pas été encore possible de recruter un médecin, il faut accompagner les détenus à l’hôpital et aux consultations avec des spécialistes médicaux, ce qui est onéreux.

Un contrat pour l’obtention des services d’un médecin au CCCE a été conclu le 21 avril 2015.

  1. Le tabagisme sur les lieux demeure un problème.

Conformément à la politique du gouvernement de l’Ontario sur les milieux de travail sans fumée, le tabagisme est interdit dans les établissements correctionnels. Cette interdiction vise également les bâtiments, les cours, les dépendances et les terrains, et s’applique dans les véhicules des Services correctionnels.

Selon le chef d’établissement du CCCE, l’ordre permanent de l’établissement interdit clairement le tabagisme dans tous ces lieux, de même que la possession de produits du tabac dans les limites sécurisées de l’établissement. Il précise également que la politique sans fumée s’applique à tous les employés, contrevenants, visiteurs et individus sur les lieux.

Tous les employés doivent respecter et comprendre les objectifs de la politique ministérielle sur les milieux de travail sans fumée, faire preuve de discernement et collaborer à l’atteinte de ces objectifs. L’employeur a placé plusieurs affiches d’interdiction de fumer dans l’établissement et a amélioré la politique lors des réunions du Comité mixte de la santé et de la sécurité au travail, du comité des relations employés-employeur pour la section locale et du personnel de gestion.

  1. Les systèmes de qualité de l’air et de ventilation dans l’ensemble de l’établissement continuent d’être une source de préoccupation pour le personnel et les détenus.

Des analyses de la qualité de l’air ont été menées à plusieurs reprises au CCCE, et des échantillons ont été prélevés. Les résultats de ces analyses démontrent que la qualité de l’air surpasse toutes les normes. De plus, les inspecteurs du milieu industriel du ministère du Travail ont noté que la qualité de l’air du CCCE est acceptable. Néanmoins, l’établissement a installé des filtres GeoPleat (produit vert) en 2010. Ces filtres ont une cote MERV (minimum efficiency reporting value) de 13 et offrent une filtration plus efficace que la normale.

Des filtres à air supplémentaires ont été installés dans les salles communes des détenus pour améliorer le système de ventilation et pour augmenter la durée de vie des appareils.

  1. La propreté générale de l’établissement demeure une préoccupation.

Le CCCE a quatre employés chargés de l’entretien ménager, qui travaillent six jours par semaine. Ces employés font face à un défi de taille en raison de la taille de l’établissement et des tâches à accomplir. À l’occasion, ils doivent travailler pendant leur jour de congé (vendredi ou samedi) pour prêter main-forte lorsqu’il y a trop à faire (nettoyage des évents et des diffuseurs d’air, nettoyage à la vapeur des tapis, etc.).

De plus, l’entretien ménager est particulièrement rigoureux lors de la saison de la grippe pour réduire le risque d’infection. Le chef d’établissement du CCCE m’a informé que dans l’ensemble, la propreté de l’établissement s’améliore.

J’apprécie que le CCC présente dans son rapport annuel les nombreuses réussites du CCCE, comme celles concernant les programmes de bénévolat et les bénévoles qui y participent, le Programme de travail à l’extérieur pour les détenus et le soutien communautaire offert par le personnel du CCCE à la banque alimentaire locale, au corps de cadets de la région et à Centraide, de même que les répercussions de ce soutien sur la communauté. Je suis également ravi d’apprendre qu’une approche novatrice a permis l’intégration réussie des détenus transgenres, et je me réjouis de la façon délicate et bienveillante avec laquelle le projet pilote de l’aumônier concernant la diffusion au CCCE des funérailles pour les membres des familles a été mis en œuvre.

Merci pour votre travail en votre qualité de membres bénévoles du Conseil consultatif communautaire. Sachez que le Ministère accorde de l’importance à vos commentaires et vos recommandations. Votre engagement et votre dévouement sont admirables, tout comme votre relation de travail positive avec la direction et le personnel du CCCE. Je me réjouis de compter sur votre appui continu dans la poursuite de notre important travail.

Je vous prie d’agréer, Madame Martin, mes plus sincères salutations.

Le sous-ministre des Services correctionnels,

Stephen Rhodes