Déclaration du ministère - Ottawa-Carleton

Déclaration du ministre au sujet du Groupe d’examen concernant le centre de détention d’Ottawa-Carleton

Yasir Naqvi, ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels, a fait la déclaration suivante à la suite de la première réunion du Groupe d’examen concernant le Centre de détention d’Ottawa-Carleton :

 « Le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels s’efforce toujours d’assurer les meilleurs soins, services de garde et traitements à toutes les personnes détenues au Centre de détention d’Ottawa-Carleton (CDOC) et dans d’autres établissements de la province.

J’ai clairement affirmé qu’on ne peut pas maintenir le statu quo en ce qui concerne les problèmes de capacité et de surpopulation au CDOC et dans l’ensemble de notre système correctionnel. C’est pourquoi nous allons de l’avant dans la transformation du système correctionnel de l’Ontario. Pour nous, cette transformation doit se concentrer sur l’amélioration de la sécurité du personnel et des détenus, sur un accès accru à des programmes de réadaptation, sur de meilleurs soutiens en santé mentale ainsi que sur l’établissement de partenariats communautaires pour la réinsertion, afin de bâtir des collectivités plus sûres pour tous.

Parallèlement à l’élaboration de cette vision à long terme pour la transformation, le ministère doit également mettre en place des réformes pour résoudre les problèmes immédiats, comme ceux au CDOC. À cette fin, le 25 mars 2016, j’ai annoncé la création d’un groupe d’examen, dirigé par le ministère, dans le but de résoudre les problèmes de capacité qui touchent plus particulièrement le Centre de détention d’Ottawa-Carleton. Le mandat de ce groupe d’examen est clair : élaborer un plan d’action pour régler les problèmes de capacité à court terme et proposer des solutions à long terme afin d’améliorer la santé et la sécurité des membres du personnel et des détenus dans l’ensemble du CDOC.

Ce groupe d’examen, qui est dirigé par le ministre adjoint Matthew Torigian, a tenu sa première réunion aujourd’hui. Sa composition est la suivante :

  • Marg Welch, sous-ministre associée, Services correctionnels – présidente du groupe d’examen
  • Pauline Jones, sous-ministre adjointe, Services en établissement
  • Mike Wood, chef intérimaire d’établissement, CDOC
  • Randy Denis, directeur, région de l’Est, ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels
  • Daryl Pitfield, directeur des programmes en établissement 
  • Monte Vieselmeyer, représentant syndical au comité des relations employés-employeur pour le ministère
  • Denis Collin, président de la section locale du syndicat, CDOC
  • Todd Hockey, agent des services correctionnels, CDOC
  • Vikki Bair, procureure de la Couronne, région de l’Est, ministère du Procureur général
  • Meredith Porter, présidente du conseil consultatif communautaire du CDOC
  • Dominic Lamb, Defence Counsel Association of Ottawa
  • Irene Mathias, Mothers Offering Mutual Support – représentante communautaire
  • Bryonie Baxter, directrice générale, Société Elizabeth Fry d’Ottawa

Le groupe d’examen invite aussi les membres d’organisations, les personnes qui ont une expérience concrète de la situation et les membres du public à lui communiquer leurs commentaires et suggestions à MCSCS.Feedback@ontario.ca. La date limite pour fournir des commentaires est le 13 mai, 2016. Le groupe d’examen en tiendra compte pour l’élaboration de son plan visant à régler les problèmes de capacité et à améliorer la sécurité du personnel, des détenus et du public au CDOC.

Le mandat du groupe d’examen, dont la version définitive a aussi été adoptée aujourd’hui, exige l’élaboration d’un plan d’action d’ici le 1er juin 2016, y compris un moyen transparent de faire le suivi de la mise en œuvre des recommandations qui auront été adoptées par le ministère.

Le travail accompli par le groupe d’examen contribuera aussi à l’effort global de transformation du système correctionnel, qui comprend un examen approfondi de la politique d’isolement, dans le but d’améliorer les soutiens que nous offrons aux détenus, notamment en matière de santé mentale et de réadaptation, et d’assurer la sécurité du personnel et des détenus. »