Ministère du
Solliciteur général

Sous-solliciteur général

Sous-solliciteurs général

Mario Di Tommaso
sous-solliciteur général,
Sécurité communautaire

Mario DiTommaso, sous-solliciteur général, Sécurité communautaire

Mario Di Tommaso a été nommé sous-ministre de la Sécurité communautaire en octobre 2018. Il a pris le titre de sous-solliciteur général, Sécurité communautaire lorsque le ministère est devenu le ministère du Solliciteur général, en avril 2019.

Auparavant, Mario détenait le grade de surintendant d’état-major du commandement Communities and Neighbourhood du Service de police de Toronto. Mario compte plus de 38 ans d’expérience progressive dans les services policiers dans les domaines de la sécurité communautaire, des homicides, des crimes majeurs, du renseignement, de la sécurité nationale, des enquêtes sur les drogues, de la gestion des incidents majeurs, des relations communautaires, des normes professionnelles et des services policiers divisionnaires. 

Mario a occupé de nombreux postes au cours de sa carrière au sein du Service de police de Toronto et a siégé à divers comités, dont le comité du maire sur les centres d'injection supervisés et de prévention des surdoses et le comité de mise en œuvre de la stratégie antidrogue de Toronto. Mario a également coprésidé le comité consultatif du chef de police pour la communauté musulmane. 

Mario est titulaire d’un baccalauréat en études juridiques de l’Université de Guelph Humber, d’un certificat en application de la loi et en administration de l’Université de Toronto et d’un diplôme du Senior Management Institute for Police. Il détient également le titre de Certified Municipal Manager (gestionnaire municipal agréé). En 2017, Mario a terminé avec succès le programme IALG – Pearls in Policing, un programme de leadership international pour les cadres supérieurs de la police.

Mario a été décoré par le gouverneur général de l’Ordre du mérite des corps policiers au grade d’officier et a reçu la Médaille de la police pour services distingués (barrette de 30 ans) ainsi que la Médaille du jubilé de diamant de la Reine.

Deborah Richardson
sous-solliciteur général,
Services correctionnels

Deborah Richardson - sous-solliciteur général, Services correctionnels

Deborah Richardson est reconnue pour son style bienveillant et collaboratif. Ses compétences en matière d'établissement de relations ont eu de nombreux effets positifs dans l'ensemble de la fonction publique de l'Ontario.

Mme Richardson a obtenu son diplôme de premier cycle en sociologie et en droit de l'Université Carleton, son baccalauréat en droit de l'Université d'Ottawa et a été admise au barreau en 1996.

Elle a commencé sa carrière en droit pénal, puis dans le secteur financier, où elle a travaillé dans le secteur des services bancaires aux entreprises avant de devenir directrice de la diversité de la Banque Royale du Canada.

En 1999, elle a été nommée directrice exécutive du Native Canadian Centre de Toronto, où elle a dirigé sa croissance pour devenir l’une des organisations autochtones urbaines les plus importantes au Canada. Très recherchée pour son expertise financière et opérationnelle, elle a ensuite occupé le poste de directrice des opérations et du développement des affaires pour le groupe de sociétés OI.

En 2004, Mme Richardson a été recrutée à la fonction publique fédérale et est ensuite devenue directrice générale régionale pour l'Ontario aux Affaires indiennes et du Nord Canada. À ce titre, elle était responsable de la plus grande organisation régionale du ministère fédéral et de son budget opérationnel le plus important.

En 2008, Mme Richardson se classe parmi les meilleurs dirigeants de moins de 40 ans et a été sélectionnée pour le programme de leadership du gouverneur général.  La même année, elle a été nommée sous-ministre adjointe à la Division des relations avec les Autochtones et des partenariats ministériels du ministère des Affaires autochtones de l'Ontario. Elle occupera plus tard les fonctions de sous-ministre adjointe pour le secrétariat du Ring of Fire au ministère du Développement du Nord et des Mines de l'Ontario.

En 2013, elle a pris congé de la fonction publique de l’Ontario afin de diriger une mobilisation des Autochtones relativement à un projet de production d’énergie d’envergure nationale.

En novembre 2014, Deborah Richardson a pris les fonctions de sous-ministre des Affaires autochtones de l’Ontario. Elle a piloté de vastes efforts de réconciliation à l’échelle provinciale avec les peuples autochtones, dont une réponse de la province aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation, des initiatives visant à mettre fin à la violence à l'égard les femmes et les filles autochtones, la résolution de revendications territoriales, la mise en œuvre d’une formation sur les compétences culturelle autochtones à l'échelle de la fonction publique provinciale; et de nombreuses initiatives de développement économique.

En juillet 2019, elle a été nommée sous-solliciteure générale, Services correctionnels, chargée des opérations et de la direction stratégique progressive de l’un des plus importants ministères de l’Ontario.

Deborah Richardson est une femme Mi'gmaq fière,  qui entretient des liens étroits avec sa communauté d'origine, la Première Nation de Pabineau au Nouveau-Brunswick. Deborah et son mari, Bob, ont cinq enfants: Jasmine, Fiona. Katherine Faith, Griffin et Miigwans.