Fin de l'enquête sur l’incendie du 200 rue Wellesley

Fin de l'enquête sur l’incendie du 200 rue Wellesley
Une cigarette jetée au rebut en serait la cause

Le 5 juillet 2011

Après une enquête exhaustive, le Bureau du commissaire des incendies (BCI) a déterminé que la cause de l'incendie qui a débuté au 200 rue Wellesley Est à Toronto le 24 septembre 2010 aurait été une cigarette jetée qui serait tombée sur des matières combustibles se trouvant sur le balcon de l’appartement 2424.

La rapidité à laquelle le feu s’est propagé s’explique par la quantité excessive de matières combustibles entreposées sur le balcon et dans l’appartement où il a débuté. Par conséquent, le BCI enjoint les locateurs et les propriétaires à informer les services des pompiers locaux de tout cas d’entreposage qui leur semble poser des risques d’incendie. Les services des pompiers locaux peuvent contribuer à régler ces cas d’entreposage en faisant appliquer le Code de prévention des incendies de l’Ontario, et grâce à leurs partenariats avec d’autres organismes de santé mentale et de soutien.

Dans une unité résidentielle de cette taille, l’intensité des flammes a entravé les efforts des services d’incendie de Toronto et posé des risques considérables pour les intervenants de première ligne et les personnes qui tentaient d’évacuer l’édifice. Cela a été causé par la quantité excessive de matières combustibles sur le balcon, qui dépassait largement la hauteur de la rampe de sécurité, et des matières qui étaient entreposées dans l’appartement, à une profondeur considérable. Vu la quantité de matières entreposées, l’appartement n’était plus utilisé aux fins prévues, et une personne aurait pu se trouver coincée à l’intérieur.

Durant l’incident, 17 personnes au total, dont cinq enfants et trois pompiers, ont subi des blessures et ont été transportées dans de nombreux hôpitaux par le Toronto EMS. Depuis, chacune de ces personnes a reçu son congé d’hôpital.

L’immeuble d'habitation de 30 étages et de 711 unités résidentielles appartient à la corporation Toronto Community Housing, et était géré, au moment de l’incendie, par une entreprise de gestion immobilière.

L’équipe d’enquête du BCI, composée de neuf membres, a examiné un grand nombre de facteurs qui ont contribué à l’incendie, notamment le rendement de l’immeuble, les dossiers de prévention des incendies, le comportement des occupants, la planification de la sécurité-incendie et les procédures d’évacuation.

Citations

« Même si nous nous estimons chanceux que personne n’ait perdu la vie dans cet incendie, celui-ci a tout de même causé des pertes de biens considérables et des difficultés à tous ceux qui habitaient l’immeuble. Nous prions les Ontariennes et Ontariens de communiquer avec leur service des pompiers local s’ils sont au courant que des matières combustibles sont présentes en quantité excessive dans une résidence, ce qui peut poser des risques pour la sécurité-incendie. »
-Ted Wieclawek, commissaire des incendies de l’Ontario

Renseignements

  • Carol Gravelle, Bureau du commissaire des incendies, 416 325-3138
  • Bev Gilbert, Bureau du commissaire des incendies, 416 325-3178