Le point sur les avertisseur de fumée dans les incendies domestiques

Incendies dans les habitations en Ontario de 2012 à 2016 : le point sur les avertisseurs de fumée

Selon un rapport de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (1991) :

« En 1987, 277 personnes ont trouvé la mort dans des incendies survenus dans des habitations unifamiliales et bifamiliales au Canada – la majorité d’entre elles dans des habitations bâties avant 1980….

En fait, comme le nombre total d’habitations a augmenté, ce chiffre indique une baisse des décès par le feu - 4,5 % par 100 000 habitations en 1987, au lieu de 7,9 % en 1980. Il existe plusieurs explications à cette amélioration de la sécurité, …mais on s’entend généralement pour dire que la principale raison a été l’arrivée sur le marché d’avertisseurs de fumée à pile ou alimentés par le courant à prix raisonnable. Les habitations neuves qui, aux termes des codes du bâtiment, doivent être équipées d’avertisseurs de fumée alimentés par le courant depuis le début des années 1980, présentent moins de risques (le taux de décès estimé est de 1,4 par 100 000) comparées au parc immobilier général. » (Traduction libre)

1975 – Les habitations en Ontario doivent avoir des avertisseurs de fumée à l’extérieur des aires où l’on dort.

1980 – Le taux de mortalité par le feu en Ontario est de 30,9 par million de personnes.

1990 – Selon un sondage de Statistique Canada, 85 % des habitations sont équipées d’avertisseurs de fumée.

1990 – Le taux de mortalité par le feu en Ontario est de 13,9 par million de personnes.

1996 – Selon un sondage du Conseil canadien de la sécurité, 95 % des habitations au Canada sont équipées d’avertisseurs de fumée.

1996 – Le taux de mortalité par le feu en Ontario est de 11,5, soit une baisse de 62 % par rapport au taux de 1980.

2005 – Le taux de mortalité par le feu en Ontario est de 6,8, soit une baisse de 41 % par rapport au taux de 1996.

Mars 2006 – Il doit y avoir des avertisseurs de fumée à chaque étage dans les habitations en Ontario.

On a demandé aux services d’incendie de fournir des données sur la présence et le fonctionnement des avertisseurs de fumée et des dispositifs d’extinction des incendies pour chaque incendie qui a lieu dans une structure et où il y a intervention du service d’incendie.

En 2009, la façon de recueillir les données fut modifiée afin de tenir compte de nouveaux règlements concernant les avertisseurs de fumée et afin que les données recueillies soient plus pertinentes et utiles.  Les données recueillies en 2009 sont en accord avec les données recueillies durant les années précédentes.  

L’information présentée dans le présent rapport porte sur les incendies qui ont eu lieu dans des habitations et qui ont causé une perte (perte matérielle, blessures, décès), mais non sur les incendies dans les tentes ou dans les garages non attenants.

 

Fonctionnement de l’avertisseur de fumée

Les données qui suivent portent sur les incendies qui ont eu lieu de 2012 à 2016 dans une habitation et qui ont causé une perte (perte matérielle, blessures, décès).

  • 44% des incendies : il y avait des avertisseurs de fumée et ceux-ci ont fonctionné et produit un son
  • 17% des incendies : il n’y avait pas d’avertisseur de fumée.
  • 16% des incendies : la présence d’avertisseurs n’a pas pu être déterminée
  • 8% des incendies : il y avait des avertisseurs de fumée, mais on n’a pas pu déterminer s’ils ont fonctionné
  • 15% des incendies : il y avait des avertisseurs de fumée, mais ceux-ci n’ont pas fonctionné
    • dans 4% des cas, les avertisseurs de fumée n’avaient pas de pile ou n’étaient pas alimentés par le courant
    • dans 6% des cas, les avertisseurs de fumée n’ont pas fonctionné et produit de son, car ils étaient trop loin ou il y avait une séparation quelconque entre l’avertisseur de fumée et l’incendie
    • dans moins de 1% des cas, il y avait soit défaillance, soit installation fautive, soit du vandalisme
    • dans 1% des cas, diverses autres raisons expliquent pourquoi l’avertisseur de fumée n’a pas fonctionné
    • dans 3% des cas, on n’a pas pu déterminer pourquoi l’avertisseur de fumée n’a pas fonctionné

Fonctionnement de l’avertisseur de fumée



 

 

Le point sur les avertisseurs de fumée*


* Ne comprend pas les cas où on n’a pu établir s’il y avait un avertisseur de fumée 

Les cas où la présence d’avertisseurs de fumée n’a pas été signalée ou n’a pas pu être confirmée ne sont pas incluent dans les données représentées dans ce graphique.

Les données relatives à la présence et au fonctionnement des avertisseurs de fumée n’ont pas changé beaucoup au cours des 5 dernières années. 

Voici les données pour 2016:

  • 53 % des incendies : l’avertisseur de fumée a fonctionné
  • 9 % des incendies : il y avait un avertisseur de fumée, mais on ne sait pas s’il a fonctionné
  • 17 % des incendies : il y avait un avertisseur, mail il n’a pas fonctionné
  • 21 % des incendies : il n’y avait pas d’avertisseur de fumée  

Le point sur les avertisseurs de fumée* * Ne comprend pas les cas où on n’a pu établir s’il y avait un avertisseur de fumée 



 

 

Incendies* mortels dans les habitations: fonctionnement des avertisseurs de fumée

*les incendies criminels ne sont pas inclus

Les données qui suivent portent sur les incendies mortels qui ont eu lieu de 2012 à 2016 dans une habitation et qui n’étaient pas criminels ou intentionnels :

  • 35% des incendies : il n’y a pas eu de son d’alerte produit par un avertisseur de fumée (dans 17% des cas, parce qu’il n’y avait pas d’avertisseur de fumée; dans 18% des cas, parce que l’avertisseur de fumée ne fonctionnait pas).
  • 32% des incendies : il y avait un avertisseur de fumée qui a fonctionné et produit un son.
  • 7% des incendies : il y avait un avertisseur de fumée, mais on n’a pas pu déterminer s’il a fonctionné.
  • 26% des incendies : on n’a pas pu déterminer s’il y avait un avertisseur de fumée.

Incendies* mortels dans les habitations: fonctionnement des avertisseurs de fumée  *les incendies criminels ne sont pas inclus


 

Incendies* mortels dans les habitations : pourquoi l’avertisseur de fumée n’a-t-il pas fonctionné? 

*les incendies criminels ne sont pas inclus

En ce qui concerne les incendies mortels qui ont eu lieu dans une habitation où l’avertisseur de fumée n’a pas fonctionné, dans 45 % des cas, l’avertisseur de fumée ne pouvait pas fonctionner car il n’y avait aucune source d’énergie (pas de pile, 30 %; pile à plat, 15%), et dans 19 % des cas, l’avertisseur de fumée se trouvait hors de la zone de fumée/de feu.

Incendies* mortels dans les habitations : pourquoi l’avertisseur de fumée n’a-t-il pas fonctionné?   *les incendies criminels ne sont pas inclus