Un chef des pompiers de l’Ontario réussit le cours « Olympics of Leadership » de l’Université Harvard

Un chef des pompiers de l’Ontario réussit le cours « Olympics of Leadership » de l’Université Harvard

En mai dernier, Phil Eagleson, chef des pompiers du service d’incendie de Saugeen Shores, a pu profiter d’une occasion inespérée. En effet, il a obtenu une bourse pour suivre le prestigieux programme de l’Université Harvard à l’intention des cadres des gouvernements d’état ou de région, communément appelé « Olympics of Leadership ».

Cette occasion d’apprentissage intensive, un programme qui s’échelonnait sur 19 jours, portait sur les relations entre les citoyens et le gouvernement, l’analyse de politiques possibles, et les responsabilités éthiques et professionnelles associées à l’exercice du leadership. Le programme est une occasion d’améliorer des compétences qui favorisent le leadership et, ultimement, le changement.

M. Eagleson était l’un des quatre récipiendaires de la bourse d’études, et le seul Canadien à la recevoir.

J’ai parlé avec M. Eagleson de son expérience à Boston pour en apprendre davantage sur la raison pour laquelle il avait choisi de participer au programme et sur la façon dont les leçons apprises pourraient être mises en pratique dans sa municipalité.

Le chef des pompiers Eagleson et Edward F. Davis, alors commissaire de police de Boston

Phil Eagleson, chef des pompiers de Saugeen Shores avec Edward F. Davis, commissaire du service de police de Boston à l'époque, six semaines seulement après l'attentat du Marathon de Boston. Le commissaire Davis a décrit en détail au groupe les événements entourant l'attentat et la réaction de la ville.

Comment s’est déroulée votre expérience à Harvard? L’expérience m’a aidé à me tisser un réseau : je communique tous les jours avec bon nombre des personnes que j’ai rencontrées à Boston. Environ 15 à 20 de ces personnes ont changé de poste depuis qu’elles ont suivi le cours, parce que ce dernier leur a permis de voir les choses différemment. Le programme aide à mieux résoudre les problèmes, ce qui permet de faire avancer son mandat et d’avoir les bons outils pour le faire.

Comment avez-vous été choisi? Les bourses pour ce programme sont offertes par le Fire Protection Publications (FPP)/International Fire Service Training Association (IFSTA), l’International Association of Fire Chiefs (IAFC) et la National Fire Protection Association (NFPA). L’inscription au programme coûte très cher, et je n’aurais pas pu y participer sans l’aide de ces organisations. Des milliers de personnes envoient leur candidature pour le processus initial de sélection. Moins d’une centaine d’entre elles sont invitées à répondre à des questions sous forme de dissertation, d’études de cas, d’entrevues de groupe et d’entrevues individuelles. De ce nombre, 12 sont invitées au Maryland pour la dernière étape du processus de sélection, soit des entrevues sur deux jours, qui consistent en grande partie à travailler en groupe pour surmonter des défis. Les candidats doivent payer eux-mêmes leurs frais de déplacement et d’hébergement. Lors de ces deux jours, huit chefs des pompiers estimés se sont démarqués, mais seulement quatre d’entre eux ont reçu des bourses.

Comment vous êtes-vous senti, loin du service d’incendie? J’ai trouvé cela difficile. Je ne m’absente presque jamais : le plus longtemps, c’était pendant quatre jours d’affilée. Je n’avais encore jamais été à Boston. Nous avons pu visiter quelques casernes de pompiers et faire des tournées avec nos homologues.

Comment le cours s’est-il déroulé? Les organisateurs nous ont tenus occupés tous les jours : nous commencions à 6 h 30 et finissions toujours vers 22 h. Le personnel enseignant était formidable. Et que dire des conférenciers... Nous avons même eu droit à la visite d’un commissaire d’une ville de Chine, venu expressément pour nous parler. Dan Fen, le dernier des conseillers du président John F. Kennedy (l’un des treize) s’est adressé au groupe. D’autres conférenciers, notamment des pédiatres, des planificateurs et des maires ont tous présenté leur perspective dans le cadre du programme.

Comment la bourse vous a-t-elle aidée à accomplir vos fonctions à Saugeen Shores? J’ai trouvé une nouvelle source d’inspiration. Les difficultés financières que subit actuellement l’Ontario, les États-Unis les ont endurées au cours des dernières années : par exemple, la Federal Emergency Management Agency a subi des coupes énormes, quelque chose comme 20 %. J’ai beaucoup appris en examinant les modèles adoptés par les États-Unis et en prenant connaissance de façons d’être novateur et de réaliser des économies. Nous n’avons pas besoin de réinventer la roue, nous pouvons nous inspirer de nos voisins du Sud. Le cours aide les gens à se sentir fiers de ce qu’ils font et à célébrer les petites réussites. C’était une expérience formidable.

Les autres récipiendaires de la bourse de 2013 étaient les suivants :

  • Joel Baker, chef adjoint des pompiers du service d’incendie d’Atlanta;
  • Michael Romas, chef adjoint du service d’incendie de Milwaukee;
  • Derrick Sawyer, sous-commissaire du service d’incendie de Philadelphie.

M. Eagleson n’est pas le premier Canadien à recevoir cette bourse depuis qu’elle a été créée, il y a une trentaine d’années. Parmi les autres récipiendaires, soulignons Rob Simonds, chef des pompiers du service d’incendie de Hamilton et John McKearney, chef des pompiers du service d’incendie de Vancouver.

Les participants au programme

Le chef des pompiers Eagleson (à gauche) avec ses collègues dans le programme local et de l'état de 2013.