BCC Enquête - Osawe 2016

Bureau du coroner en chef

Verdict du jury du coroner

Bureau du coroner en chef

Loi sur les coroners - Province de l'Ontario


Nom de famile : Osawe
Prénoms(s) : Eric Aiyevbekpen
à l'âge : 26 ans

Tenue à : 25, Avenue Morton Shulman, Toronto
du : 12 septembre
au : 20 septembre 2016
par : Dr John Carlisle, coroner pour l'Ontario
avons fait enquête dans l'affaire et avons conclu ce qui suit :

Nom du défunt: Eric Aiyevbekpen Osawe
Date et heure du décès : 29 septembre 2010, à 1 h 55
Lieu du décès : Hôpital St. Michael, Toronto
Cause du décès : Lésion par balle pénétrante au dos
Circonstances du décès : Accident

(Original signé par : Président du jury et les jurés)


Ce verdict a été reçu le 20 septembre 2016
Nom du coroner : Dr John Carlisle
(Original signé par: coroner)


Nous, membres du jury, formulons les recommandations suivantes :


Enquête sur le décès de :

Eric Aiyevbekpen Osawe


Recommandations du jury

À l'attention du Service de police de Toronto :

  1. Le Service de police de Toronto devrait poursuivre ses recherches actuelles sur les systèmes d'armes disponibles et leur matériel, ainsi que leur utilisation, pour se tenir au courant des dernières mesures de sécurité et de la formation en la matière, dans le but de réduire les risques de déclenchement involontaire ou accidentel des armes remises aux agents de police.
  2. Le Service de police de Toronto devrait incorporer un module de formation dans le cours de formation de base (Basic Tactical Operators Course) afin de sensibiliser les nouveaux agents au risque de déclenchement involontaire des armes. Le module devrait souligner la possibilité d'une interaction entre le matériel porté par un agent et le sélecteur de sécurité et le déclencheur des divers systèmes d'armes utilisés par la brigade d'urgence (ETF). Le module devrait également mentionner des cas réels de déclenchement d'armes qui se sont produits au sein de la brigade d'urgence (ETF) et les graves conséquences de ces accidents.
  3. Dans la mesure où les ressources et les besoins opérationnels le permettent, le Service de police de Toronto devrait continuer à mettre l'accent sur l'importance d'avoir des agents qui ont les mains libres (c'est-à-dire qui ne portent pas d'armes d'épaule) au sein d'équipes de la brigade d'urgence (ETF) qui pénètrent de force dans des locaux, afin de réduire les risques de déclenchement accidentel des armes d'épaule.