BCC Enquête - Crawford 2016

Bureau du coroner en chef

Verdict du jury du coroner

Bureau du coroner en chef

Loi sur les coroners - Province de l'Ontario


Nom de famile : Crawford
Prénoms(s) : Christopher
à l'âge : 33 ans

Tenue à : 5, boulevard Ray Lawson
du : 30 mai
au : 1 juin 2016
par : Dre Monique Moreau, coroner pour l'Ontario
avons fait enquête dans l'affaire et avons conclu ce qui suit :

Nom du défunt: Christopher Crawford
Date et heure du décès : 13 juin 2014 à 12 h 45
Lieu du décès : 2255 Erin Mills Pkwy Missisauga (Ontario)
Cause du décès : Asphyxie par écrasement.
Circonstances du décès : Accident

(Original signé par : Président du jury et les jurés)


Ce verdict a été reçu le 1 juin 2016
Nom du coroner : Dre Monique Moreau
(Original signé par: coroner)


Nous, membres du jury, formulons les recommandations suivantes :


Enquête sur le décès de :

Christopher Crawford


Recommandations du jury

  1. À l’intention de l’OGCA (Ontario General Contractors Association) : Pour tous les chantiers de construction, il doit y avoir sur place un représentant désigné et documenté du constructeur (superviseur ou superviseur adjoint) pour veiller à la sécurité à tout moment où des travaux sont effectués.
  2. À l’intention de l’OGCA: La communication, à la fois verbale et écrite, doit être améliorée en organisant des réunions, prévues à l’avance ou selon les besoins, avec les corps de métiers concernés. Un procès-verbal de ces réunions doit être rédigé et distribué aux parties intéressées de la manière la plus rapide et efficace possible (par communication électronique).
  3. À l’intention de l’OGCA : Augmenter l’utilisation de caméras de vidéosurveillance. Cela constituerait un autre outil utile pour aider le superviseur des travaux à surveiller les activités en cours sur le chantier et présenterait des avantages sur le plan de la sécurité.
  4. À l’intention de l’OGCA : Le constructeur doit rappeler, d’une manière non intimidante, le pouvoir de chaque travailleur présent sur le chantier d’arrêter les travaux s’il craint pour sa propre sécurité ou pour la sécurité d’autres travailleurs ou du public. L’arrêt des travaux peut être fait en personne ou en appelant un numéro de téléphone affiché sur place, à la discrétion du travailleur.
  5. À l’intention de l’OGCA : Le numéro d’une ligne directe d’appel doit être affiché, et tous les travailleurs et le public doivent pouvoir l’utiliser au besoin pour signaler anonymement au ministère du Travail tout problème de sécurité sur le chantier. Ce numéro de téléphone doit être sans frais.
  6. À l’intention de l’OGCA et/ou du ministère du Travail : Un agent indépendant des contrôles de sécurité, ou des inspecteurs indépendants, devraient effectuer des contrôles ponctuels inopinés, avec au moins une inspection par semaine, afin de fournir des rapports impartiaux sur les infractions à la sécurité, en se fondant sur la Loi sur la santé et la sécurité au travail du ministère du Travail.
  7. À l’intention de l’OGCA : Les travailleurs devraient porter un vêtement de travail (p. ex., un casque ou un gilet de sécurité) portant un logo propre à l’entreprise et facilement reconnaissable depuis une distance raisonnable afin de mieux permettre de reconnaître les différents corps de métier sur le chantier.
  8. À l’intention de l’OGCA : Tous les véhicules de livraison, y compris d’équipement et de matériel, et tous les nouveaux corps de métier doivent s’enregistrer au bureau du chantier lors de chaque nouvelle visite avant d’entrer dans le chantier de construction.
  9. À l’intention de l’Ordre des ingénieurs : La pratique relative à l’utilisation de cales à la base d’une colonne porteuse doit être modifiée pour que l’utilisation d’un jeu de cales par boulon d’ancrage et par base de colonne devienne la norme de l’industrie.
  10. À l’intention de l’Ordre des ingénieurs : On devrait envisager l’utilisation de contreventement vertical ou de câblage temporaire pour fournir au besoin un support additionnel durant la construction.